Le coût d’une assurance auto

Le coût  d’une assurance auto peut différer d’un conducteur à l’autre. Il dépend en effet de nombreux critères rapportant au profil de conducteur, type de véhicule ainsi qu’aux garanties souhaitées.  Les assureurs tiennent compte de ces informations pour établir le coût d’une assurance auto afin de les comparer avec les statistiques similaires à votre profil.

Les critères de calcul du coût d’une assurance auto lié au véhicule

Comme sur ce site, les assureurs se basent essentiellement sur les critères suivants pour définir votre prime d’assurance auto :

  • La puissance et la valeur du véhicule. Plus elles seront élevées, plus le coût sera plus important.
  • La motorisation du véhicule (essence, diesel, électrique ou hybride).
  • L’usage fait du véhicule, car plus vous utilisez votre véhicule, plus votre assurance vous coûtera cher. Les assureurs se pencheront ainsi sur la nature de votre trajet (privé, domicile-travail, professionnels ou autres).
  • Le mode de stationnement : box clos, parking ouvert, parking collectif clos, voie publique, ou autres. Le tarif de votre prime auto sera plus réduit si votre véhicule est stationné dans un lieu plus sécurisé.
  • Le kilométrage parcouru chaque année.
  • Le type de conduite (occasionnelle ou exclusive). Choisir la conduite exclusive fera réduire le coût de votre assurance. Si un autre conducteur fait face ainsi à un accident, ce sera à lui de payer une franchise.
  • Votre bonus-malus.

Les critères de calcul du coût d’une assurance auto lié au profil de conducteur

Le calcul du montant de votre cotisation d’assurance auto peut aussi dépendre de votre âge ; votre situation familiale et professionnelle ; votre type de permis de conduire et son ancienneté. En France, les assureurs se concentrent aussi sur la zone géographique de circulation, car rouler à Marseille ou à Versailles affiche une différence au niveau du coût de l’assurance auto à payer. Vous avez plus à débourser en effet si votre localité présente plus de risques (vol, accident de la route, dommage et autre). Les antécédents au volant sont également pris en compte, car ils se référent sur votre relevé d’information. Ils regardent plus précisément votre coefficient de bonus-malus et l’ensemble des sinistres que vous avez déclarés dans les 5 dernières années. Le plus souvent, les jeunes conducteurs ou les conducteurs malussés sont soumis à des surprimes très élevées.

L’influence du bonus-malus sur le coût d’une assurance auto

Dans le cadre du calcul du coût de l’assurance auto, les assureurs tiennent compte des bonus. Les cotisations des conducteurs qui ne causent pas d’accidents sont diminuées et c’est ce qu’on appelle bonus. En revanche, ceux responsables d’un ou plusieurs accidents voient leurs cotisations augmenter, c’est en effet le malus. Que le conducteur soit responsable ou partiellement responsable, le calcul du bonus-malus se fait toujours chaque année, et ce en fonction du nombre d’accidents de l’assuré.

Une réduction qui peut varier

Nombreuses sont les compagnies d’assurance qui encouragent les bons conducteurs en leur offrant des réductions allant au-delà du coefficient de réduction normal (5 %). Certaines proposent jusqu’à 20 % de baisse supplémentaire, d’autres proposent un bonus 50 à vie. Notons que ces baisses s’appliquent seulement dans le cadre de la fidélisation des clients. Si vous envisagez donc de changer d’assureur, votre cotisation sera calculée à la base du bonus-malus légal.

Les critères propres à chaque assureur pour calculer le coût d’une assurance auto

Au-delà des critères attachés au véhicule et à l’automobiliste, les assureurs peuvent également appliquer chacun sa propre politique commerciale et marketing. Si certaines compagnies d’assurance et courtiers se spécialisent par exemple dans les profils à risques, l’offre sera plus intéressante pour les jeunes conducteurs et le sera moins pour un automobiliste expérimenté.

Le coût d’une assurance auto pour un résilié

Votre assureur vient de vous annoncer la résiliation de votre assurance auto ? Trouver un nouvel assureur disposé à vous couvrir sera sans doute plus difficile et il faudra aussi vous préparer au paiement d’une surprime d’assurance auto :

  • 200% pour un permis annulé ou suspendu plusieurs fois au cours d’une même année.
  • 150% en cas d’accident avec un taux d’alcoolémie supérieur au niveau autorisé.
  • 100% pour une suspension de plus de 6 mois ; en cas de délit de fuite commis après un accident ; en cas de défaut de mention d’un accident dans lequel vous avez été impliqué et qui est survenu au cours des 3 dernières années dans la déclaration de sinistre.
  • 50% en cas d‘un accident ou d‘une infraction aux règles de la circulation conduisant à la suspension de votre permis durant 2 à 6 mois ; en cas de trois accidents ou plus au cours de la dernière année.

Notons que ces surprimes sont provisoires, car elles disparaissent après 2 ans sans sinistre.